L’écoute active est une méthode de communication mise au point par Carl Rogers.

Elle consiste simplement à utiliser l’interrogation et la reformulation pour montrer à son interlocuteur qu’on a bien écouté ce qu’il avait à dire et qu’on a bien compris. 

Quel est l’intérêt de pratiquer l’écoute active?

Vous connaissez peut-être cette citation : « entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre. »


Une bonne communication est la base d’une vie harmonieuse avec les autres, nous avons donc tout intérêt à pratiquer l’écoute active. Je vous propose quatre clés  pour pratiquer l’écoute active au quotidien.

Écoute active : la définition

L’écoute active est une technique de communication qui vise à s’assurer que l’on a bien compris le message de son interlocuteur.

Elle a également comme conséquence, grâce à la manifestation de son intérêt et de la confiance envers l’interlocuteur, de faciliter sa libre expression. La personne qui pratique l’écoute active et bienveillante s’adapte pleinement à son interlocuteur pour obtenir une interaction parfaite, en limitant au maximum les freins habituels à la communication.

Concrètement, elle consiste à écouter sans interrompre, à questionner régulièrement, à reformuler et confirmer ce qu’on a compris. Surtout, elle nécessite une grande dose d’empathie, en se mettant à la place de l’autre tout en prenant de la distance. Elle est sur tous ces aspects très proche de la communication non violente.

Elle a pour finalité de donner à celui qui s’exprime les clés pour avoir confiance en lui et choisir lui-même les bonnes solutions.

Les 4 clés de l’écoute active

  • Clé n°1: écouter attentivement ce que nous dit notre interlocuteur, en indiquant régulièrement que l’on comprend à la fois les faits et les sentiments. Bien sûr, cela consiste à ne pas l’interrompre.
    « Oui, je comprends… »

  • Clé n°2: s’assurer qu’on a bien compris ce que l’autre voulait dire, en lui demandant de clarifier le sens de certaines choses.
    « Que veux-tu dire par… »

  • Clé n°3: demander si nécessaire des approfondissements, afin d’ avoir plus d’éléments sur le point de vue de l’autre. Attention, il ne s’agit en aucun cas de trouver des solutions à sa place, il faut donc rester non direct et surtout faire preuve d’une grande empathie pour se mettre à la place de l’autre. « À ton avis, comment pourrais-tu faire… »

  • Clé n°4: reformuler pour confirmer à l’interlocuteur qu’il a bien été écouté et compris. La reformulation contribue à apaiser la relation, et permet de mieux comprendre et de faire avancer la situation en la synthétisant.